24 août 2019

http://patrimoine.lesechos.fr
  • Immobilier à l'étranger : le pari marocain
    Devenu une destination internationale, le Maroc tente de convertir les touristes à la vie dans le royaume. Après avoir connu des sommets jusqu'en 2010, les prix immobiliers ont corrigé dans le sillage de la crise. Ce qui offre aujourd'hui des opportunités d'achat. Il faut toutefois être vigilant avant de se lancer sur ce marché.
  • Immobilier à l'étranger : Maurice, un havre de paix fiscal et social
    Plages, lagons, soleil, douceur fiscale et stabilité politique. De nombreux de Français se laissent tenter par l'appétissant cocktail proposé par l'île Maurice. Plus besoin d'être millionnaire pour goûter à ce coin de paradis de l'océan indien. Depuis quelques années, l'immobilier, surtout neuf, est accessible à tous les budgets. Pour éviter les excès, les autorités encadrent les programmes immobiliers où les étrangers peuvent acheter.
  • Immobilier à l'étranger : la Grèce ou la possibilité d'une île
    Après dix ans d'austérité et la chute du marché immobilier, l'idée d'une résidence secondaire au pays d'Ulysse est tentante. Mais acheter en Grèce n'est pas si simple et les prix pas aussi bas qu'espéré. Reste que le pays est une aubaine pour ceux qui veulent s'offrir un rêve avec des prix sans comparaison possible avec ceux des autres littoraux européens, et ce dans un environnement exceptionnel.
  • Immobilier : les seniors à l'épreuve du taux d'usure
    Conçu pour protéger les consommateurs, le système actuel de calcul du taux d'usure conduit à exclure certaines catégories d'emprunteurs, notamment les seniors et certaines professions à risque. En cause : l'effondrement des taux de crédit immobilier et le poids croissant de l'assurance emprunteur dans le calcul du TAEG.
  • Immobilier à l'étranger : l'embellie Espagnole
    La fièvre est de retour en Espagne mais la crise a laissé des opportunités d'investissement dans tout le pays. Excepté Madrid et Barcelone, les prix restent inférieurs de 30 % au niveau précédant leur effondrement en 2008.